Pourquoi les femmes font de la chirurgie esthétique ?

Une nouvelle recherche met en évidence les raisons pour lesquelles les femmes ont recours à la chirurgie plastique

Les résultats de l’un des plus grands projets de recherche sur la chirurgie esthétique ont été publiés récemment. Ils semblent indiquer que les femmes qui ont recours à la chirurgie plastique savent parfaitement pourquoi elles le font.

Le projet s’agissait d’une enquête sur les opinions de près de 8 000 femmes dans 16 pays. Il convient toutefois de noter que l’étude a été financée par Allergan, la société la plus connue pour être propriétaire du Botox, et qu’il faut donc prendre les résultats avec des pincettes, car Allergan a clairement intérêt à présenter la chirurgie esthétique dont l’augmentation mammaire sous un jour favorable, même si les questions suggèrent que l’étude portait davantage sur les opinions générales que sur l’encouragement à subir des procédures.

Des femmes qui cherchent à améliorer leur confiance en elles grâce à la chirurgie esthétique

Les résultats globaux montrent que les femmes ont recours à la chirurgie, en particulier aux interventions esthétiques mineures, pour améliorer leur confiance en elles-mêmes autant, sinon plus, que pour améliorer leur apparence. Parmi les femmes étudiées, 42 % ont déclaré avoir eu recours à la chirurgie plastique pour améliorer leur confiance en elles, soit le même pourcentage que pour améliorer l’apparence d’une peau relâchée.

Lorsqu’on leur a demandé qui avait le plus influencé leur décision de recourir à la chirurgie plastique, 74 % ont heureusement répondu qu’elles l’avaient fait pour elles-mêmes, et si elles ont été moins nombreuses à se dire influencées par leur partenaire et leurs amis (37 % et 15 %, respectivement), ces chiffres restent suffisamment élevés pour que les chirurgiens esthétiques s’efforcent de découvrir si un patient est forcé ou manipulé pour recourir à la chirurgie esthétique. Les résultats suggèrent également que la tendance à vouloir paraître mieux, et non plus jeune, est une tendance mondiale, les femmes estimant que l’embellissement général (63 %) est plus important que le traitement des signes de vieillissement (50 %). L’étude suggère que la chirurgie plastique est de moins en moins taboue, 65 % des femmes reconnaissant que le recours aux produits de comblement du visage est plus acceptable aujourd’hui qu’il y a cinq ans.

La chirurgie plastique a toujours ses détracteurs

Une  psychothérapeute a réagi aux résultats de l’étude en affirmant que le regain de confiance que procure la chirurgie esthétique n’est que temporaire. Elle estime que le véritable bonheur ne peut être atteint que par une combinaison de facteurs génétiques, éducatifs et environnementaux. Elle encourage également les patients à se poser trois questions avant de procéder à une intervention esthétique :

  • Pour qui le faites-vous ?
  • Y a-t-il des problèmes sous-jacents qui conduisent à cette décision ?
  • Quelles sont vos attentes vis-à-vis de la chirurgie plastique ?

Bien sûr, il est important qu’un patient comprenne parfaitement les raisons qui le poussent à se faire opérer, mais il faut également souligner qu’un bon chirurgien plasticien organisera une consultation avec le patient avant d’accepter de l’opérer, afin de comprendre ses raisons et de s’assurer qu’il est psychologiquement apte à subir une intervention. Il n’est pas rare qu’un chirurgien refuse un patient potentiel.

Il est clair que, pour les femmes en tout cas, la chirurgie plastique devient moins taboue, probablement grâce aux célébrités qui sont plus franches sur leur relation avec la chirurgie plastique. S’il n’y a rien de mal à avoir recours à la chirurgie esthétique pour renforcer sa confiance en soi ou pour corriger un problème qui lui faisait perdre l’estime de soi (par exemple, un lifting des bras pour enlever l’excès de peau après une perte de poids importante), il est important de comprendre ce que la chirurgie plastique peut et ne peut pas faire.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.